Portrait de Khate Lessard: quand suivre sa vraie nature prend tout son sens

Jeune femme pétillante et dynamique, Khate Lessard illustre à merveille le principe même de « suivre sa vraie nature ». Si aujourd’hui elle paraît épanouie et sereine, la route pour en arriver à cet état de bien-être n’a pas été des plus tranquilles.

Nous l’avons rencontrée dans le cadre de la campagne Fier de toutes les couleurs. C’est donc elle qui déguste nos mocktails aux six couleurs du drapeau de la fierté gaie, une cause qui l’interpelle particulièrement, conçus à base d’eau pétillante Eska.

Se révéler au grand jour

C’est dans le corps d’un garçon que Khate traverse son enfance et son adolescence auprès d’une famille aimante en Abitibi. « Je me suis cachée très longtemps. Jeune, je savais exactement à quelle heure mes parents rentraient du travail et je profitais du moment où j’étais seule en revenant de l’école pour m’enfermer dans ma chambre. J’essayais les brassières et les robes de ma mère et je m’amusais à danser devant le miroir. Je faisais ça tous les jours. »

Au fil du temps, le poids du secret se met à peser de plus en plus lourd sur ses épaules, jusqu’à prendre la forme d’un brûlement intérieur, d’un mal-être envahissant. Le jour où elle se décide à partager son secret, une réelle libération s’opère. « C’est là que j’ai commencé à vivre. Ma vraie nature, c’est d’être une fille. »

Un parcours sinueux vers le bonheur

Si c’est déjà quelque chose de se révéler à soi-même, se dévoiler à ses proches est une étape délicate. « Mes parents sont merveilleux, mais ça n’a pas été facile pour eux. C’était mon deuxième coming out. Je leur avais déjà annoncé que j’étais gaie, et voilà que quelques années plus tard, je leur disais que je changeais de sexe. Ils m’ont toujours appuyée, mais ils étaient inquiets pour moi. Me voir emprunter un chemin aussi difficile leur faisait peur. Mon changement de sexe a été un énorme processus, autant pour eux que pour moi. Changer de sexe, c’est changer de vie. » Très proche de sa sœur, c’est à elle qu’elle se confie en premier sur son sentiment d’être une femme. « Ma mère m’a aussi dit quelque chose qui m’a profondément marquée. Elle m’a dit “je préfère gagner une fille que perdre un enfant.” Ça veut tout dire. »

En se faisant opérer, Khate doit aussi composer avec un long rétablissement qui s’étend sur près d’une année. « Aujourd’hui, je vais très bien. Je suis très proche de ma famille et bien dans ma peau. Et je peux affirmer que malgré le chemin difficile que j’ai dû parcourir, j’ai bien fait d’écouter ma vraie nature. »

Inspirer en partageant son histoire

Aujourd’hui, la jeune femme sillonne le Québec à la rencontre des élèves des écoles secondaires où elle donne des conférences et témoigne de son parcours. « Quand je m’adresse à eux, je conseille aux jeunes qui se posent des questions de prendre leur temps. Il n’y a rien qui presse dans le fait d’affirmer son homosexualité, sa transsexualité ou quoi que ce soit d’autre. Je leur suggère également de parler à une personne de confiance dans leur entourage ou à un intervenant ou une intervenante. On a souvent peur d’être jugé(e) ou de ne pas être pris(e) au sérieux, mais ces personnes sont vraiment là pour nous aider. Pour ce qui est d’amorcer une transition, on peut dresser une liste d’avantages et d’inconvénients. Ça peut sembler banal, mais parfois, écrire ce qu’on a sur le cœur permet de répondre à nos questions. »

La fierté gaie : accueillir tout le monde à bras ouverts

Khate s’implique chaque année dans le mouvement de la fierté gaie, un mouvement positif qui contribue à propulser la société vers une communauté ouverte à tous et où règnent la paix et l’amour. « J’encourage tout mon entourage à y participer. Même mes grands-parents s’y mettent! Ne serait-ce qu’avec un petit drapeau piqué sur un parterre, c’est un beau message coloré et plein d’amour. »

Eska : un trésor régional

Originaire d’Abitibi, Khate est très heureuse de s’associer avec notre eau qui fait la fierté de sa région. « Ça vient de mon coin de pays, et en plus, c’est vraiment la meilleure eau du monde! Tout le monde en est très fier. L’esker est une merveilleuse ressource naturelle, et l’entreprise contribue à créer de très bons emplois dans la région. »

Cet été, inspirez-vous de la joie de vivre contagieuse de Khate Lessard et affichez vous aussi vos vraies couleurs, mocktail à la main!

Vous pourriez aussi aimer:

Mocktails de la fierté aux couleurs de l’arc-en-ciel

Protéger l’esker : Eska pour la durabilité

Comments are closed.

partager

Lire aussi

Voir tous
Emy Lalune : quand créer rime avec recycler
Avec un million d’abonnés sur TikTok, plus de 38 000 sur YouTube et 33 000 sur Instagram, on peut dire qu’Emy Lalune est une star qui rayonne dans l’univers du Web. Son créneau : la création, que ce soit la peinture, le jeu ou la modification de vêtements. Dans le cadre de notre Marché de Noël à […]
Le marché de Noël de l’Auberge Saint-Gabriel, présenté par Eska
Le sapin est décoré. Les lumières ornent les toits et les balcons. Le décompte est lancé! Noël approche à grands pas. Prêts à embrasser la magie de Noël? Les 11 et 12 décembre, plongez dans l’ambiance festive des Fêtes au Marché de Noël de L’Auberge Saint-Gabriel à Montréal, présenté par Eska. C’est l’occasion idéale de […]
Eska : un engagement ferme pour le développement durable
* Article paru dans le numéro mai/juin 2021 du Grocery Business Magazine. Il y a de cela 9 000 ans, un glacier en Abitibi se transformait en une rivière souterraine appelée « esker ». Découverte il y a 4 000 ans, la source d’Eska est protégée par l’esker de Saint-Mathieu-Lac-Berry. La nature unique de cette source québécoise incarne le […]